Avec Prizm, le streaming audio devient smart

[Update] Suite à mon tweet annonçant la publication de l’article, l’équipe Prizm m’a envoyé un mail pour apporter quelques petites corrections. Je les insère à l’article original (en couleurs). Merci à eux ! [/Update]

Je vous en avais parlé il y a un petit moment, voici enfin l’unboxing et le test de Prizm.

Prizm est un petit appareil qu’on place entre un service de streaming (Deezer, Spotify, Soundcloud) et vos enceintes. Malgré le fait qu’il soit affiché dans l’application, Spotify n’est pas encore complètement pris en charge. Des échanges entre Prizm et Spotify sont en cours pour que ce soit possible le plus tôt possible. Après avoir réalisé votre profil musical, Prizm jouera les musiques qui vous plairont, et si ce n’est pas le cas, dites-le lui en appuyant sur la croix, il ne la proposera plus.

Une présentation un peu plus complète est disponible ici : Dispersons la musique avec le Prizm

Je l’ai reçu il y a quelques semaines, mais entre les vacances et d’autres projets, il était resté de côté. Alors pour les impatients qui viennent de commander le leur (Prizm est maintenant disponible à la vente – hors Kickstarter – sur invitation), voici un unboxing et quelques photos du produit (cliquez sur les flèches pour naviguer).

Lire plus…

Essai du Intel NUC D54250WYK

Article non sponsorisé

[Mise à jour le 26 juin 2016 – Intel a sorti de nouveaux NUC avec les processeurs Intel de 6ième génération et du WiFi inclus dans le boitier]

Habitués au Raspberry Pi, j’adore les petits PC qu’on peut placer un peu partout pour faire toutes sortes d’actions : station météo, serveur d’impression, miroir magique, etc… Mais pour certaines applications, on peut se retrouver bloqué par le processeur ARM qui est présent sur le Raspberry Pi, la présence d’un processeur de type x86 peut parfois devenir indispensable. Certains modèles avec des dimensions proches du Raspberry Pi commencent à arriver, mais l’un des modèles les plus connus, bien que plus grand, est le NUC de chez Intel. Il existe plusieurs modèles en fonction du processeur et des autres composants internes qu’on souhaite avoir dedans.

Le NUC (et non l'eunuque, c'est pas tout à fait la même chose...)

Le NUC (et non l’eunuque, c’est pas tout à fait la même chose…)

Lire plus…

Présentation du Raspberry Pi 3

Il y a quelques semaines, la nouvelle version du Raspberry Pi est sortie, il s’agit de la version 3. Sans compter les révisions, il s’agit de la septième version : modèle A, modèle B, modèle A+, modèle B+, Raspberry Pi 2 (modèle B), Raspberry Pi 0, Raspberry Pi 3 (modèle B).

Présentation extérieure

Du point de vue extérieur, il y a très peu de différences notables. Quelques composants ont changé de place, d’autres ont été remplacés, mais visuellement, il est assez difficile de faire la différence entre les deux versions. Le Raspberry Pi 3 est à droite, je vous laisse jouer au jeu des sept différences… 🙂

Raspberry Pi 2 à gauche, Raspberry Pi 3 à droite

Raspberry Pi 2 à gauche, Raspberry Pi 3 à droite

Raspberry Pi 2 à gauche, Raspberry Pi 3 à droite

Raspberry Pi 2 à gauche, Raspberry Pi 3 à droite

Ce qui change

Parmi ce qui change, on retrouve sur cette nouvelle carte l’arrivée du WiFi et du Bluetooth. Cela permet de libérer deux ports USB, précédemment occupés sur les « anciens » Raspberry Pi par des dongles WiFi et Bluetooth.

Autre nouveauté, la présence d’un processeur 64 bits, un processeur quatre cœurs ARMv8 64-bit @1.2GHz. Cela a pour effet d’augmenter les capacités du Raspberry Pi. Un gain de 10 est annoncé par rapport au premier Raspberry Pi modèle B, et 50% plus rapide que le Raspberry Pi 2. Par contre, certains sites mettent en avant une chaleur excessive au niveau du processeur, l’installation d’un dissipateur serait peut-être opportun.

Installation

L’installation se fait comme tout Raspberry Pi : on récupère l’image du système d’exploitation choisi, personnellement Raspbian, pour la coller sur la carte micro SD et on personnalise l’installation avec la commande « sudo raspi-config ».

Et le prochain ?

Personnellement, mon souhait pour le prochain Raspberry Pi, serait un Raspberry Pi Zero+, un Zero avec le module permettant d’avoir du WiFi et du Bluetooth intégrés. Ce serait une superbe carte pour faire de l' »Internet of Thing », de la taille d’une demi-carte de crédit.

Essai de la Withings Activité Pop (mis à jour)

Cet article n’est pas sponsorisé

Suite à la mésaventure avec mon Pulse (Pulse + Machine à laver = sac de riz + espoir = foutu!), j’ai investi dans une Withings Activité Pop. Malgré leur prix que je trouve élevé, je suis très content des produits Withings depuis plus de 2 ans.

Sur la raison de mon choix, mon avis est très peu objectif puisque, pour une fois, je n’ai pas regardé la concurrence. Je suis habitué aux produits Withings, c’est le troisième que j’achète. Toutes mes données de santé sont concentrées au même endroit, bien avant l’arrivée de l’application Santé d’Apple (Withings renvoie d’ailleurs ses données vers Apple si vous le souhaitez). Je suis également très content de leur service après-vente, au moindre problème vous aurez une réponse rapide et ils chercheront à trouver la solution la moins contraignante pour le client (par exemple, pour mon Pulse passé dans la machine à laver, ils m’ont proposé une réduction de 25% pour le remplacer par un nouveau). Pour revenir sur leurs prix, forcément un service de qualité ça se paie, personnellement je préfère payer un peu plus cher pour un produit et un service de qualité, plutôt que de devoir racheter un produit neuf tous les ans. Pour être franc, j’ai acheté la mienne d’occasion, grâce à son ancien propriétaire qui lui a préféré une Apple Watch.

Pour en revenir à la montre, voici à quoi elle ressemble.

withings_activite_pop_face

Lire plus…