Restaurer Jeedom sur un nouveau Raspberry Pi 3

Cela fait depuis longtemps que j’utilise Jeedom sur Raspberry Pi. Et rĂ©cemment, pour une raison encore incertaine (Raspberry Pi ou la carte SD), Jeedom ne dĂ©marrait plus, il « freezait » en plein dĂ©marrage du système.

C’est Ă  ce moment-lĂ  qu’une sensation de panique m’envahie : mon installation, mes associations de modules, mes scripts, mes personnalisations… tout est perdu! :'(

Après deux ou claques pour me calmer (oui, l’informatique n’est pas de tout repos!), je me reprends et trouve LA bonne idĂ©e. Si c’est le Raspberry Pi (RPi) qui est en cause, je reprends la carte SD et la place dans un autre RPi, ça devrait dĂ©marrer sans problème. Et lĂ , ça ne dĂ©marre pas, non plus. NNNOOONNN… tout est perdu! :'(

source : https://pixabay.com/fr/cri-mauvais-temps-pluie-goutte-2010585/

Ultime espoir : placer la carte mĂ©moire dans un lecteur de cartes SD et voir ce qui peut ĂŞtre rĂ©cupĂ©rĂ©. Ouff! Tout est lĂ ! Les sauvegardes de Jeedom, mes scripts, etc… Je recopie donc tout ça dans un rĂ©pertoire de l’ordinateur (de mĂ©moire, mes sauvegardes automatiques se trouvaient dans le rĂ©pertoire /usr/lib/nginx/www/jeedom/backups). Ă€ quelques erreurs près, toutes les donnĂ©es de Jeedom sont rĂ©cupĂ©rĂ©es. Ne reste plus qu’Ă  rĂ©installer Jeedom, puis de lui importer la dernière sauvegarde. Mais comme ça faisait plusieurs semaines que je sentais une lĂ©gère faiblesse dans les performances de ma domotique, j’avais prĂ©vu, un jour ou l’autre, de passer d’un Raspberry Pi 2 vers un Raspberry Pi 3. Autant faire d’une pierre deux coups!

Du coup, on prend une grande respiration, on se retrousse les manches et c’est parti !

NB : dans ce cas présent, on ne change pas la carte Z-Wave, une carte Razberry, il ne sera donc pas nécessaire de faire une exclusion/inclusion de tous les modules de la maison. 

Installation de Raspbian

Pour cela, il faut aller sur https://www.raspberrypi.org/downloads/raspbian/ et rĂ©cupĂ©rer la dernière image de Raspbian. Personnellement, j’utilise toujours la version Lite. La version avec Pixel embarque toute la partie graphique de Raspbian dont je n’ai pas besoin. Mais quelque soit la version choisie, cela ne gène pas la suite de la dĂ©marche.

Après avoir rĂ©cupĂ©rĂ© l’image complète, on l’installe sur une carte SD de plus de 4Go.

Ne pas oublier que toutes les données de carte SD seront effacées.

Suivant le système d’exploitation que vous utilisez, la mĂ©thode n’est pas la mĂŞme. Sous Windows, il faut utiliser l’outil Win32DiskImager, sous Linux ou Mac, vous pouvez utiliser la commande « dd ». Tout est expliquĂ© ici : https://www.raspberrypi.org/documentation/installation/installing-images/README.md.

Une fois la carte SD prĂŞte, il ne reste plus qu’Ă  dĂ©marrer le Raspberry Pi, en ayant pris soin de lui prĂ©parer un accès Ă  Internet (câble et ouverture des flux).

Préparation du système Raspbian

Comme Ă  chaque nouvelle installation d’un système, le premier rĂ©flexe est de rĂ©cupĂ©rer et installer les dernières mises Ă  jour.

La première commande permet de récupérer la liste des paquets disponibles et la version disponible (cela permettra de la comparer avec les versions présentes sur le Raspberry Pi)

sudo apt-get update

La deuxième permet d’installer les dernières mises Ă  jour. Suivant la date de l’image et des paquets Ă  mettre Ă  jour, cette Ă©tape peut prendre du temps. Il est important de le laisser continuer jusqu’au bout.

sudo apt-get dist-upgrade

À la fin, un petit redémarrage du Raspberry Pi ne peut pas faire de mal.

sudo reboot

Au dĂ©marrage, il faut configurer le Raspberry Pi suivant ses prĂ©fĂ©rences et le type d’utilisation qu’on souhaite en faire.

sudo raspi-config

Le plus important est de faire en sorte que le système redimensionne les partitions en fonction de la place disponible sur la carte SD. Pour cela, il faut aller dans « Advanced Options » puis, « Expand Filesystem. » Les modifications ne seront pris en compte qu’après le redĂ©marrage du RPi.

Pour les autres configurations, vous ne devriez pas avoir de mal Ă  vous y retrouver.

Installation de Jeedom

L’installation est la partie la plus sensible, pourtant c’est la partie la plus simple Ă  installer! Il suffit de suivre la procĂ©dure qui consiste Ă  rĂ©cupĂ©rer un script puis le dĂ©clencher. Ce dernier s’occupe de tout : installation des dĂ©pendances, crĂ©ation des rĂ©pertoires et services, configuration de la base de donnĂ©es, etc…

Documentation Jeedom : https://jeedom.github.io/documentation/installation/fr_FR/index.html#_autre

wget https://raw.githubusercontent.com/jeedom/core/stable/install/install.sh
chmod +x install.sh
./install.sh

Le script va tourner pendant quelques minutes et il ne faut pas l’interrompre.

La dernière information est importante, puisque lors de l’installation du serveur MySQL, Jeedom a crĂ©Ă© un compte ROOT sur la base. Le mot de passe ROOT est indiquĂ© Ă  ce moment-lĂ . Gardez-le de cĂ´tĂ©, ou rĂ©initialisez-le.

En regardant un peu, j’ai remarquĂ© quelques diffĂ©rences entre cette nouvelle installation et celle qui Ă©tait prĂ©cĂ©demment opĂ©rationnelle. Alors qu’avant Jeedom s’appuyait sur Nginx, il utilise dĂ©sormais Apache. De mĂŞme, pour accĂ©der Ă  Jeedom, j’utilisais l’adresse http://mon_ip/jeedom, mais avec cette nouvelle installation, l’adresse devient http://mon_ip/. Je ne me souviens plus si j’avais paramètre cela lors de la première installation, mais sans ĂŞtre un bouleversement gigantesque, cela demande quelques ajustements (chemin des scripts, chemin des plugins, etc…).

Application de la dernière sauvegarde

On approche au but!!

 

On retrouve maintenant un Jeedom fraîchement installé, complètement vide. Il est temps de le remplir.

Pour cela, on va sur la page des sauvegardes.

J’adore Gimp, mais ce n’est pas meilleur pour faire des flèches! 🙂

 

Ensuite, sur la page des sauvegardes, il faut cliquer sur « Envoyer » et choisir le fichier contenant la dernière sauvegarde. Ce fichier apparaĂ®tra dans la liste des sauvegardes disponibles et il ne reste plus qu’Ă  cliquer sur le bouton « Restaurer ».

Au bout de quelques minutes, Jeedom vous indique que la restauration est terminĂ©e. D’ailleurs, en allant sur la page principale, vous retrouvez tous vos modules, comme si rien ne s’Ă©tait passĂ©. Mais ce n’est pas encore finit.

Effectivement, si vous essayez d’allumer une lampe depuis Jeedom, rien ne se passe. Tous les modules sont bien prĂ©sents, tout semble bon, mais il manque encore toutes les dĂ©pendances. Normalement, toutes les dĂ©pendances vont s’installer automatiquement, mais pour ceux qui, comme moi, ne sont pas patients, vous pouvez aller sur la page de chaque plug-in (Plugins/Gestion des plugins) et forcer l’installation des dĂ©pendances.

Lorsque toutes vos dĂ©pendances sont à jour, on redĂ©marre Jeedom et on lui laisse un peu de temps pour respirer! 🙂 Ce temps permet Ă  Jeedom de reprendre la discussion avec chaque module de domotique. Comme l’adaptateur de communication Z-Wave (dans mon cas une carte Razberry) n’a pas Ă©tĂ© changĂ©, l’association entre la carte et les modules (Fibaro et autres) n’est pas nĂ©cessaire, ils vont se remettre progressivement Ă  dialoguer avec Jeedom, lors de leur prochain rĂ©veil.


Si vous rencontrez des problèmes pour l’installation de vos dĂ©pendances (après la restauration), plutĂ´t que perdre deux jours Ă  trouver une solution, comme moi, je vous invite Ă  lire l’article suivant : https://monclavier.fr/raspbian-aucun-espace-disponible-no-more-space/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs requis *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous pourriez être intéressé par